BAYEUX

BAYEUX

Toute une histoire, 3 musées pour la raconter

Bayeux dévoile son histoire à travers la visite de ses 3 musées :

  • La Tapisserie de Bayeux,,
  • Le Musée Mémorial de la Bataille de Normandie
  • Le MAHB - Musée d'Art et d'Histoire Baron Gérard

La Tapisserie de Bayeux, une œuvre du 11ème siècle unique au monde

Sur près de 70 mètres de long, plongez dans le récit brodé de la conquête de l’Angleterre en l’an 1066 par Guillaume, duc de Normandie.

La visite du musée permet de découvrir la Tapisserie de Bayeux dans son intégralité, de l’approcher sans l’endommager et de comprendre son histoire et sa réalisation grâce à un commentaire audioguidé, décliné en 16 langues.

Un commentaire junior est également proposé en français et en anglais. Une exposition permanente à l'étage et un film enrichissent la visite.

La Tapisserie de Bayeux ou l’histoire brodée de la conquête de l’Angleterre en 1066
A l’aide de fils de laine brodés sur une toile de lin, la Tapisserie de Bayeux raconte l’épopée de Guillaume, duc de Normandie, devenu roi d’Angleterre en 1066, à l’issue de la Bataille d’Hastings. Un parcours de visite en 3 temps permet de comprendre l'oeuvre et son contexte.

La Tapisserie de Bayeux se découvre dans une galerie sombre où seule l’œuvre est en lumière. Avec 16 langues pour le commentaire de l’audio-guide, dont une version enfant en français et en anglais, des scènes en relief 3D pour le public déficient visuel à l’étage du musée, l’œuvre est accessible au plus grand nombre. Après la découverte de l’œuvre, le parcours de visite se prolonge par une exposition permanente évoquant les secrets de sa réalisation, son contexte historique et le royaume anglo-normand au 11ème siècle. Enfin au 2ème étage, la projection d’un film de 16 minutes, alternativement en français et en anglais et présentant des scènes réelles de reconstitution de la bataille d’ Hastings, déroule le fil de l’histoire racontée par la Tapisserie de Bayeux.

La Tapisserie de Bayeux ou l’histoire d’une conquête

Chef d’œuvre de l’art roman du 11ème siècle, la Tapisserie de Bayeux a probablement été commandée par l’évêque Odon, demi-frère de Guillaume Le Conquérant, pour orner sa nouvelle cathédrale à Bayeux en 1077. Elle raconte les évènements de la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie.

Le récit de la Tapisserie de Bayeux commence en 1064, lorsque le roi d’Angleterre, Edouard le Confesseur, charge son beau-frère, Harold Godwinson, de se rendre en Normandie afin de proposer à son petit cousin, Guillaume, sa succession sur le trône d’Angleterre. Même si la fin de la broderie est manquante, l’histoire se termine par la fuite des Anglo-Saxons à la fin de la Bataille d’Hastings en octobre 1066…

Qui était Guillaume Le Conquérant ?

Le protagoniste du récit de la Tapisserie est Guillaume, septième duc de Normandie. Devenu le Conquérant après son couronnement en Angleterre le 25 décembre 1066, il fut l'un des plus puissants monarques de l'Europe occidentale au Moyen-Âge.

Né à Falaise en 1027, il est le fils naturel de Robert Le Magnifique, duc de Normandie, et d’Arlette, fille d’un tanneur. Sa naissance illégitime lui vaudra le surnom de Guillaume Le Bâtard. En 1035, alors qu’il n’a que 8 ans, il succède à son père, décédé au retour de son pèlerinage à Jérusalem. Une période de troubles et de complots affaiblit le duché de Normandie mais le jeune duc parvient à imposer son pouvoir. En 1047, la victoire du Val-ès-Dune près de Caen marque le premier tournant de son règne. Il reprend solidement en main le duché et parvient à s’assurer la fidélité de ses vassaux.

Les personnages de la Tapisserie de Bayeux : Guillaume, Edouard, Harold et Odon

Dix couleurs de fils de laine servent à représenter, avec des effets de perspective, les 626 personnages, les 37 édifices dont le Mont-Saint-Michel, les 41 navires et 202 chevaux et mulets.

Parmi les nombreux personnages que comportent la Tapisserie de Bayeux, personnages avant tout masculins, les protagonistes les plus représentés sont Guillaume, duc de Normandie, Edouard Le Confesseur, roi d’Angleterre, Harold Godwinson, comte de Wessex et Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume et évêque de Bayeux. Pour aider à l’identification des personnages, le dessinateur a ajouté des éléments distinctifs comme la moustache et les cheveux longs pour les Anglo-Saxons et la nuque rasée pour les Normands. Quant à Odon, sa tonsure sur le dessus de son crâne rappelle son rôle d’homme d’Église.

Guillaume, le bâtard devenu duc de Normandie

Le protagoniste du récit de la Tapisserie est Guillaume, septième duc de Normandie. Devenu le Conquérant après son couronnement en Angleterre le 25 décembre 1066, il fut l’un des plus puissants monarques de l’Europe occidentale au Moyen-Âge. Né à Falaise en 1027, il est le fils naturel de Robert Le Magnifique, duc de Normandie. Sa naissance illégitime lui vaudra le surnom de Guillaume Le Bâtard. En 1035, alors qu’il n’a que 8 ans, il succède à son père. En 1050, il épouse Mathilde, une cousine éloignée, fille du comte de Flandre Baudouin V. Il meurt en 1087 à l’âge de 60 ans.

Harold, le dernier roi anglo-saxon

Le début du récit de la Tapisserie de Bayeux présente le vieux roi anglo-saxon Edouard le Confesseur, monté sur le trône en 1042, qui s’entretient avec Harold (1022-1066), son beau-frère issu de la puissante famille de Godwin de Wessex. A la fin du règne d’Edouard, Harold devient peu à peu l’homme fort du pays et porte étendard des anti-normands. Le 6 janvier 1066, Harold est couronné roi à la place de Guillaume de Normandie. A l’aube du 14 octobre 1066 à Hastings, la bataille fait rage contre les troupes de Guillaume venu reprendre son trône. Il meurt au combat après avoir reçu une flèche dans l’œil, symbole de la punition de son parjure.

Edouard Le Confesseur

Le roi Édouard, dit le confesseur en raison de sa grande piété, est le fils du roi anglo-saxon Ethelred II et d’Emma, la grand-tante de Guillaume. Il monte sur le trône en 1042 et pour se réconcilier avec le clan anglo-danois, épouse Édith, fille du comte de Godwin et de la danoise Gytha. Il reste très attaché à la Normandie où il trouva refuge pendant 30 ans lors de son exil alors qu’il était chassé d’Angleterre par les conquérants danois. En 1064 en Angleterre, toujours sans héritier, Édouard se tourne naturellement vers Guillaume, son petit cousin, pour prévoir sa succession au trône. Il décide alors d’envoyer son beau-frère Harold en Normandie pour porter ce message à Guillaume…

Odon, évêque de Bayeux

Odon est un des personnages plusieurs fois nommés dans la Tapisserie de Bayeux. Odon et Guillaume le Bâtard a en commun leur mère. Il lui doit sa nomination à la tête de l’évêché de Bayeux vers 1050. Fidèle à son duc, il participe au projet d’invasion de l’Angleterre et accompagne également son demi-frère au combat lors de la bataille d’Hastings. L’hypothèse communément partagée par les historiens retient l’idée qu’Odon aurait fait exécuter la Tapisserie de Bayeux pour orner sa nouvelle cathédrale, lors de sa consécration en 1077. Il rendait alors légitime la conquête de l’Angleterre en l’exposant dans un édifice religieux.

Tapisserie ou broderie ?

Pourquoi la Tapisserie de Bayeux est une broderie ?

En dépit de son nom, la Tapisserie de Bayeux longue d’environ 68,30 mètres et large de quelque 70 centimètres dont 50 cm consacrés à la broderie elle-même, est en réalité une broderie narrative. Broderie d’images et d’inscriptions, elle est constituée de neufs panneaux en lin reliés les uns aux autres.

Cela ne fait aucun doute, la technique utilisée est bien celle de la broderie. La régularité du tracé du fil de laine révèle l’utilisation d’un guide, peut-être un dessin, sur la toile. Une tapisserie, au contraire, voit son décor résulter d’un tissage de fils à angle droit, l’image et le tissu prenant forme simultanément. Les tentures narratives qui étaient occasionnellement visibles de tous les fidèles, n’étaient pas seulement destinées à décorer les églises. Elles racontaient une histoire aux nombreux analphabètes de l’époque et pouvaient, comme pour la Tapisserie de Bayeux, devenir une œuvre de propagande pour une conquête victorieuse.

Les secrets de la réalisation de la Tapisserie de Bayeux

Contrairement à la vision romantique et populaire, ce ne serait pas la reine Mathilde accompagnée de ses dames de compagnie qui confectionna la broderie. On ne connaît pas l’auteur ou les auteurs de la Tapisserie de Bayeux. Pour une majorité d’historiens, Odon, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume le Conquérant, aurait commandé cette broderie pour orner la nef de la nouvelle cathédrale Notre-Dame de Bayeux, dédicacée le 14 juillet 1077.

Les scènes de la Tapisserie de Bayeux sont brodées de fils de laine sur une toile de lin. Les plantes utilisées pour teindre la laine sont le pastel, la garance et la gaude. Le pastel, plante commune en Europe, a pu produire l’indigotine, colorant produisant les différentes nuances de bleu utilisées sur la Tapisserie. Ce colorant n’ayant pas teint les fibres cœur, certains motifs bleus sont décolorés. La garance produit par ses racines un pigment rouge ayant servi aux différents rouges de la Tapisserie : rosé, orangé ou brun. Quant à la gaude, elle était autrefois cultivée en Europe pour le colorant jaune qu’elle contient.

La broderie au point de Bayeux

Les différents coloris employés soulignent tout au long de l’œuvre l’étonnant relief obtenu par l’utilisation de quatre points de broderie : le point de tige, le point de chaînette, le point fendu réalisé à deux fils et le point de couchage dit « point de Bayeux ». Ce dernier est employé pour le remplissage des plages colorées.

La variation des couleurs dans la Tapisserie de Bayeux

Si les couleurs d’origine de la Tapisserie ont assez peu varié avec le temps selon les teintes, celles des restaurations datant du XIXe siècle ont beaucoup pâlies jusqu’à devenir blanches sur certaines scènes, notamment les scènes finales, très restaurées.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Optio, neque qui velit. Magni dolorum quidem ipsam eligendi, totam, facilis laudantium cum accusamus ullam voluptatibus commodi numquam, error, est. Ea, consequatur.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Optio, neque qui velit. Magni dolorum quidem ipsam eligendi, totam, facilis laudantium cum accusamus ullam voluptatibus commodi numquam, error, est. Ea, consequatur.